Archive for Macro déchets

Initiatives Océanes 2015 le bilan !

// janvier 27th, 2016 // No Comments » // Général, Macro déchets

En 2015, plus de 45 000 prsonnes ont participé aux Initiatives Océanes à travers le monde. Comme chaque année cette mobilisation n’est pas vaine. Les fiches bilan que sont invités à remplir les participants à la fin des collectes sont pour Surfrider des outils précieux. Sans plus atttendre voici le bilan environnemental général des Initiatives Océanes 2015.

0004 (2)

Retrouvez tous ces chiffres et bien d’autres dans le bilan environnemental !

A quoi servent les fiches bilan ?

Renforcer les connaissances l’expertise de Surfrider sur les déchets

La campagne « déchets aquatiques » a toujours été au cœur de l’ensemble des missions de Surfrider. Si les Initiatives Océanes ont connu un tel essor au cours des dernières années c’est notamment grâce au travail de recherche que mène leurs équipes en essayant de comprendre d’où viennent les déchets que nous retrouvons dans les océans, en les quantifiant et qualifiant.

Ce travail est en grande partie nourri par les données qui sont récoltées grâce aux fiches bilan qui donnent un état des lieux de la pollution par façade maritime. Elles viennent ainsi enrichir les connaissances de l’association pour mieux trouver des solutions. Ces données permettent aussi d’orienter les futures campagnes de Surfrider vers des problématiques plus ciblées comme par exemple celle des déchets plastiques et notamment ces dernières années contre le sac plastique à usage unique.

Mener des actions de lobbying

Mais ces données et surtout la mobilisation des citoyens permettent aussi de porter les revendications de Surfrider auprès des décideurs politiques en France et en Europe. La campagne contre les sacs plastiques à usage unique n’aurait pas été autant un succès sans cettemobilisation citoyenne. Il reste encore beaucoup à faire en Europe à ce sujet mais l’interdiction en France dès janvier 2016 est déjà une très belle victoire.

Que retenir de ce bilan ?

Top 10 des déchets retrouvés

0007 (1)

« Une fois encore cette année, le sac plastique fait partie des déchets que nous retrouvons le plus. Cela prouve bien qu’il était urgent d’agir et trouver des solutions à ce sujet ». Cristina Barreau

Merci à tous pour votre engagement et rendez-vous en 2016 !

Les Initiatives Océanes en 1 minute

// mars 26th, 2011 // 1 Comment » // Les Initiatives Océanes, Liza pour une mer en bleus, Macro déchets

Voici une petite vidéo pour comprendre les Initiatives Océanes et pourquoi je suis engagé depuis plus de 15 ans maintenant. Tout ça en une minute.

Plus un reportage de BFM TV, sur la même plage.


Lizarazu nettoie les plages avec Surfrider par BFMTV

Rendez-vous sur les plages pour les Initiatives Oceanes

// mars 24th, 2011 // No Comments » // Général, Les Initiatives Océanes, Liza pour une mer en bleus, Macro déchets

Bonjour à tous, pour la 16eme année consécutive, je suis aux côtés de Surfrider pour sensibiliser le grand public sur la pollution liée aux déchets aquatiques.

Aujourd’hui, je suis sur la plage de Sokoa avec les scolaires de Ciboure. Vous aussi vous pouvez participer à ce grand rassemblement européen. Il y a des nettoyages partout en France et en Europe.

Il vous suffit de vous rendre sur www.initiativesoceanes.org

Je compte sur vous.

Retour sur les Initiatives Océanes 2010 : 800 sites nettoyés, 40 000 participants

// mars 26th, 2010 // No Comments » // Les Initiatives Océanes, Liza pour une mer en bleus, Macro déchets

Les Initiatives Océanes (I.O.) ne sont pas finies, loin de là.  Mais les quatre jours « phares », du 18 au 21 Mars, se sont achevés brillamment sur un « flashmob dance »  organisé par Mare Urdina à San Sebastian, capitale européenne de l’événement.

Une mobilisation mondiale

Initiatives Océanes à Madagascar

Les Initiatives Océanes dans le monde entier, ici à Madagascar

Pendant ces quatre jours, plus de 800 sites (plages, lacs et rivières) ont été investis en France, en Europe et dans le monde par environ 40 000 citoyens : enfants, femmes et hommes de tous âges. Les ramassages de déchets ne sont que la partie visible de l’iceberg. Derrière ces opérations de nettoyages et de sensibilisation,  l’équipe de Surfrider Foundation Europe mène un travail de fond sur les macro-déchets. Les actions des participants auront un impact direct sur différentes études (quantification et qualification des macro-déchets) et sur les actions de lobbying de Surfrider. De plus, les rencontres avec le public, en particulier avec les scolaires, restent primordiales pour la transmission des connaissances et la sensibilisation.

Les macro-déchets : reflet de la société moderne ?

Des objets incroyables ont été trouvés : une bouteille de rhum encore pleine, un billet de 10 euros, un dentier, des moteurs de bateaux, des tongs, bonbonnes de gaz. Et les grands classiques, qui tuent la faune marine, empoisonnent l’eau, étouffent la flore ; les bouteilles en plastique, cotons tiges, calandres de voitures, caddies, canettes.

3500 média filtrants trouvés sur 100 mètres de plage

Mais pour la quinzième édition, Surfrider s’est focalisé sur les milliers de petits media filtrants en plastique, ces fameux camemberts des mers, identifiés peu de temps avant l’opération. Cette nouvelle pollution fait l’objet d’une enquête initiée par l’antenne bénévole Côte Basque.

Au Koweït, en Thaïlande, en Australie et sur 479 sites en France, les Initiatives  Océanes ont été un succès encore plus grand que l’année dernière. Ceci grâce à une incroyable synergie de ses antennes, de ses adhérents et des bénévoles, tous autour des Mairies, des associations, des entreprises et des écoles.

En route vers Gijon

Surfrider Foundation Europe félicite et remercie tous les participants, grâce auxquels l’association sera encore plus forte pour la suite de son combat contre les macro-déchets : les Journées Européennes de la Mer (European Maritime Days) à Gijon en Espagne.

Des tortues Luth prises l’estomac dans le sac

// mars 26th, 2010 // 16 Comments » // Les Initiatives Océanes, Macro déchets

Cadavre d'une tortue Luth morte suite à une indigestion de plastiques

Le 17 novembre dernier, une tortue Luth a été découverte en baie du Mont Saint Michel, échouée et épuisée elle a finalement succombé 24 heures plus tard malgré des tentatives de sauvetage acharnées.

Ce décès soulève de nombreuses interrogations pour Surfrider Foundation Europe d’autant que la présence de tortues le long du littoral breton n’est pas commune. Surfrider a donc cherché à en savoir plus sur les causes de la mort de l’animal qui mesurait tout de même 1m50 et pesait près de 400 kilos.

L’autopsie réclamée par les spécialistes du grand aquarium de La Rochelle a révélé la présence de plusieurs sacs plastiques dans son estomac, obstruant totalement son fonctionnement digestif.

La Tortue Luth est une espèce pélagique, indiquent les spécialistes de la Rochelle, et sa migration peut être très importante. C’est pourquoi il n’est pas rare de pouvoir l’observer près des côtes Atlantiques où elle vient s’alimenter en grosses méduses.

En 20 ans d’observation, l’aquarium de La Rochelle avoue avoir pratiqué entre 80 et 90 autopsies de tortues échouées sur les côtes françaises. 40% d’entres elles avaient des sacs plastiques dans leurs estomacs. Ces statistiques reflètent les conséquences dramatiques de nos modes de consommation et témoignent de la menace que nous faisons peser sur ces espèces symbole de notre biodiversité.

A cette occasion, Surfrider Foundation rappelle l’importance des mobilisations citoyennes autour des programmes de protection et de sauvegarde de l’environnement initiés chaque année par les Initiatives Océanes.

Il est également primordial que les déchets environnementaux soient enfin considérés comme une pollution. Pour participer à cet appel une pétition est en ligne. Signez la pétition « Pas de ça sur nos plages » !

Une invasion de rondelles de plastique en Europe

// février 25th, 2010 // No Comments » // Gardien de la côte, Les Initiatives Océanes, Macro déchets

Des rondelles plastiques envahissent tout le littoral et les berges d’Europe. Mais d’où viennent-elles ?

Camemberts en plastique découverts sur le littoral français

Depuis que l’Antenne 64 de Surfrider, tête de fil de ce dossier, et l’antenne Corse ont révélé cette pollution et identifié le polluant, nous recevons tous les jours des témoignages qui font état de cette invasion plastique, de Péniche au Portugal en passant par Tomiño en Galice, Santander, Bilbao, Donostia, toute la Côte basco-landaise, en Vendée… et jusqu’en plein coeur de Paris.

Deux personnes qui vivent sur des péniches à Paris ont observé ces petits cylindres flottants en grande quantité depuis 15 jours. Ils sont remontés jusqu’à la source probable de cette pollution et ont épinglé une station d’épuration en région parisienne. Des quantités astronomiques, selon leur témoignage, sont laissées à l’air libre à quelques mètres de la Seine.

Malheureusement la problématique ne s’arrête pas à ce constat puisque d’autres sources de pollution sont à identifier. Ces petites rondelles de plastique sont en effet des supports sur lesquels on cultive des micro-organismes utilisés pour purifier les eaux usées dans les stations d’épuration, mais elles seraient également utilisées en pisciculture, sur certains navires marchands et dans l’industrie agro alimentaire. Or, d’après nos récentes observations, les fabricants et les distributeurs de ces médias flottants n’ont pas prévu de circuit de recyclage pour les traiter après usage.

Si la pollution était connue depuis plusieurs années, elle prend aujourd’hui des proportions inquiétantes. Il est grand temps de faire reconnaître les macro-déchets comme véritable pollution. Signez la pétition « Pas de ça sur nos plages »

Si vous avez un témoignage à apporter sur ce dossier, veuillez contacter l’antenne 64 de Surfrider.

Déchets au paradis

// novembre 21st, 2008 // No Comments » // Coup de gueule, Macro déchets

Bonjour,

Poubelles trop petites ou incivilité ?

Voilà ce que j’ai vu aujourd’hui au dessus d’une plage basque réputée. Je ne vais pas donner le nom de la plage mais on peut s’interroger.

C’est la responsabilité de la ville de ne pas assurer le ramassage plus régulièrement ou de ne pas mettre une poubelle plus grande ? Ou est-ce la responsabilité des usagers (surfeurs et randonneurs) ?

Ce que je crois, c’est qu’une partie de la solution se trouve dans la chanson « les autres » d’Abd Al Malik. Ecoutez-là, c’est une très belle chanson et vous comprendrez.

Je crois que si les pouvoirs publics ont le devoir de nous apporter le « service public », nous pouvons aussi faire preuve d’initiative.

Si la poubelle est pleine, on vide ses déchets ailleurs, non ? Plutôt que de la gaver jusqu’à qu’elle vomisse et que tous ces déchets se perdent dans la nature ! On ne parle pas là de grands discours, de grandes théories sur l’environnement mais de gestes simples à la portée de tout le monde.

Ce n’est que mon point de vue, alors n’hésitez pas à donner le votre.

A+